De nouvelles règles de protection des mammifères marins entrent en vigueur


Radio-Canada

Publié le mardi 10 juillet 2018 à 18 h 19, Mis à jour le 11 juillet 2018 à 13 h 05

Les précisions de Michèle Brideau

Pêches et Océans Canada modifie son règlement pour interdire aux gens de s’approcher de trop près des mammifères marins.

RADIO-CANADA AVEC LA PRESSE CANADIENNE ET CBC

À compter de mercredi, il faudra respecter une distance minimale de 100 mètres pour la plupart des baleines, des dauphins et des marsouins, avec des variations de distance pour certaines espèces telles que l’épaulard.

Distances à respecter par rapport à certaines espèces de mammifères marins :

  • 200 mètres pour toutes les populations d’épaulards de la côte ouest;
  • 200 mètres pour l’ensemble des baleines, dauphins et marsouins qui vivent dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent;
  • 400 mètres pour les espèces menacées ou en voie de disparition qui vivent dans l’estuaire du Saint-Laurent;
  • 50 mètres pour certains secteurs de l’estuaire Churchill (qui comprend la rivière Churchill) et certains secteurs de la rivière Seal.

Les contrevenants s’exposeront à une amende pouvant atteindre 100 000 $.

Au Cap-Breton, il y a quelques jours déjà que des bélugas s’approchent de bateaux et vont à la rencontre de ceux qui pratiquent la planche à rame dans les eaux au large d’Ingonish. Plusieurs témoins ont partagé des images et des vidéos en ligne.

Bernie Lamey, un résident d’Ingonish, a partagé sur Facebook une vidéo dans laquelle les bélugas viennent à sa rencontre dans l’eau. « Ils s’approchent à quelques pouces. Ils ne vous touchent pas vraiment, mais ils viennent très près », dit-il.

Levon Drover, qui a partagé sur Instagram une vidéo des bélugas prise avec un drone et une caméra sous-marine, s’est dit impressionné de voir les plaisanciers agir d’une façon qu’il juge « très responsable » autour des animaux, attendant qu’ils s’éloignent de leurs bateaux avant de se remettre en route. « Tous ces gens sur ces bateaux étaient extatiques, car ils avaient la chance de voir cela », relate-t-il.

Cependant, en Nouvelle-Écosse, la Marine Animal Response Society (MARS), un organisme qui se consacre à la protection des animaux marins et à la recherche sur ceux-ci, ne partage pas cet optimisme.

« Nous avons entendu parler de gens qui nagent avec les animaux, qui essaient de les approcher ou de les caresser, dit Tonya Wimmer, directrice de MARS. C’est assez inquiétant. »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>