Le volet « transport » ne tient pas la route


Le Quotidien (Saguenay, QC), no. Vol. 45 n° 246
Chronique, mercredi 26 septembre 2018 – 769 mots, p. 12,13

Carrefour des lecteurs

D’après la Banque mondiale, le prix du phosphate a chuté en mai dernier, passant de 103 $ à 87 $ la tonne, ce qui met encore plus en péril la solvabilité du projet de mine Lac à Paul et de la construction d’un troisième terminal maritime sur le fjord du Saguenay.

On essaie d’imposer aux contribuables de payer une somme de 260 M$ pour un terminal qui n’a pas beaucoup d’espoir de servir à quoi que ce soit. Et le fait qu’il n’y ait pas de réseau ferroviaire sur la rive nord du Saguenay, j’entrevois mal le projet du Plan Nord être évacué par camions.

Rappelons-nous ici que le BAPE ne s’est pas prononcé face au volet transport faute de données tangibles pour justifier le choix du promoteur. Le BAPE a recommandé d’évaluer la faisabilité financière de l’utilisation d’infrastructures déjà en place pour le transport du concentré. C’est le premier ministre Couillard qui a donné le feu vert au volet transport. Il n’a pas suivi les recommandations du BAPE.

La route L200, c’est l’accès au terrain de jeu des Saguenéens et des touristes pour la chasse, la pêche, la villégiature et la motoneige. Dans l’éventualité de l’évacuation du Plan Nord par la route L200, je ne serai plus du nombre pour tenter de m’y promener.

Josée Vermette 

Saint-Fulgence

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>